BANNIERE1

ACCUEIL

Mode d'emploi pour une randonnée en montagne réussie

Ah, que la montagne est belle ! Surtout quand on chemine sur ses petits sentiers...

Reussir-sa-randonnee4

 

Mais attention, la vigilance et la prudence s'imposent dans ce milieu à priori accueillant, mais qui peut toutefois se révéler hostile et dangereux dans certaines circonstances.

Pour éviter qu'une randonnée ne se transforme en galère, voire ne vire carrément au cauchemar, il convient de prendre un minimum de précautions.

Voilà donc un petit mode d'emploi pour réussir sa randonnée en montagne : 

Le lac de Peyre et le col de Balafrasse (1)

Lorsque nous avons fait cette randonnée la première fois en 2008, notre objectif était le lac de Peyre (2 108 m). Mais sur place, nous avons entendu dire que le col de Balafrasse (2 246 m), que l'on voit depuis le lac, était souvent fréquenté par des bouquetins.

Evidemment, la perspective de pouvoir apercevoir ces animaux était vraiment alléchante, et nous avons eu très envie de tenter notre chance. A l'idée de devoir grimper encore, les enfants ont préféré rester flâner au bord du lac : nous avons donc décidé d'y aller à tour de rôle avec mon mari. 

Malgré le nombre important de randonneurs sur le sentier de ce col de Haute-Savoie, dans les Alpes, nous avons été comblés, car quelques bouquetins étaient encore au rendez-vous, tout près du sentier. Pour moi, c'était magique ! A partir de ce moment-là, j'ai appelé cette randonnée "la randonnée des bouquetins"... 

Alors forcément, de retour dans ce coin des Alpes en août 2013, j'avais très envie de refaire cette randonnée ! Enfin, quand je dis dans le coin, à vrai dire pas vraiment... Car de notre location à Bourg-Saint-Maurice, près de 2 heures de route nous séparaient du col de la Colombière (1 613 m), point de départ de la randonnée ! Mais il est bien connu que quand on aime, on ne compte pas...

Cette fois, j'avais très envie d'échapper à la foule et d'essayer d'être parmi les premiers en haut du col. Pour cela, il fallait partir très tôt ! Notre fils de 18 ans, très fatigué après une opération du poignet suivie d'un plâtre avec posture de la main difficile à supporter, n'a pas pu nous accompagner ce jour là, mais avec notre fille de 14 ans, nous nous sommes levés à 5 h du matin...

Et vraiment, je peux vous assurer que ça en valait largement la peine car, en dehors d'un coureur qui nous a devancé mais qui redescendait déjà du col en courant pendant que nous le gravissions, nous étions seuls là-haut ! Enfin... je veux dire... seuls avec les bouquetins !!! Alors, comment vous dire ? C'était tout simplement MAGIQUE, EXTRAORDINAIRE, FABULEUX
  

lac-de-peyre-col-balafrasse6

Chemin de mer et de marais

"Chemin de mer et de marais"... c'est le titre d'un des circuits pédestres du guide "Les balades insulaires" proposé par la Maison du Tourisme de l'Ile de Noirmoutier, et téléchargeable ici en version PDF. 

Car oui, la mer, même en été, ce n'est pas synonyme uniquement de plage et de baignade ! Il y a tant d'autres choses à faire, à l'image de la randonnée par exemple... 

L'île de Noirmoutier, surnommée "l'île aux mimosas" en raison de la douceur de son climat, est située dans le département de la Vendée. Elle est connue pour son célèbre passage du Gois, chaussée submersible de 4 kilomètres qui la relie au continent. Jusqu'à la construction d'un pont en 1971, c'était d'ailleurs l'unique voie d'accès.  

Véritable concentré de nature avec ses réserves naturelles, ses marais salants, ses dunes et ses forêts de pins et de chênes verts, l'île de Noirmoutier fait partie de ces petits coins préservés qu'on aimerait tant garder secrets rien que pour soi...

Avec ses 5 circuits pédestres balisés, l'île compte environ 50 kilomètres de sentiers

Je vous propose d'en faire 11 avec cette randonnée, "Chemin de mer et de marais", qui vous mènera à la découverte de l'or blanc de l'île, au coeur des marais salants, paradis des oiseaux.

Vous découvrirez aussi le village de l'Epine, avec ses petites ruelles, ses roses trémières et ses petites maisons blanches aux volets bleus.

Cette randonnée ne comporte pas de difficulté particulière, mais ne sous-estimez pas sa longueur si vous avez de jeunes enfants. Praticable en toutes saisons, n'oubliez pas votre chapeau, votre crème solaire ainsi que de l'eau si vous la faites en été...

Pour nous c'était le 27 juillet 2014, accompagnés d'une amie, de notre fille de 15 ans et de notre fils hémiplégique de 19 ans.

C'est une très chouette balade que je vous recommande vivement, et qui donne vraiment envie d'en savoir plus sur la récolte du sel. Alors pourquoi ne pas enchaîner avec une visite commentée des marais salants ? Nous nous sommes promis de le faire une prochaine fois...

L'île de Noirmoutier fait partie de mes destinations préférées... Mais chut, surtout ne dites à personne que c'est une île authentique vraiment merveilleuse... 

 

noirmoutier-mer-et-marais8

les lacs de la tempête

Depuis notre premier séjour en 2001 dans le Beaufortain, en Savoie dans les Alpes, je rêvais de pouvoir découvrir un jour ces fameux lacs de la Tempête.

Indiquée pour "marcheur moyen" dans le livre "30 balades en famille dans le Beaufortain" de Jean-Marie Jeudy, j'avais préféré écarter cette randonnée à l'époque, craignant que ce ne soit trop difficile pour notre fils hémiplégique alors âgé de 6 ans. 

C'est lors de notre deuxième séjour dans le Beaufortain, en août 2013, que le rêve s'est réalisé !

Seule notre fille de 14 ans nous accompagnait pour cette randonnée car notre fils de 18 ans, très fatigué après une opération du poignet suivie d'un plâtre avec posture de la main difficile à supporter, se reposait ce jour-là. Il nous accompagnait de temps en temps seulement, pour des randonnées courtes et faciles.  

Cette fabuleuse randonnée fait partie des incontournables de la région, et attire à ce titre de nombreux randonneurs. Cependant, la plupart s'arrête au premier lac, joli et sauvage : le lac Supérieur (2 131 mètres).

Les lacs de la Tempête, nichés dans un joli vallon dominé par le Grand Mont (2 686 m), sont pourtant composés de 5 lacs au total : après le premier lac, 2 lacs plus petits mais tout aussi beaux et sauvages se suivent en enfilade, plus loin se trouve un autre petit lac, puis vient le dernier lac, le lac Vert, petit lac situé à 2 005 mètres d'altitude. Si vous avez bien tout suivi, cela veut donc dire que pour atteindre le dernier lac il faut descendre par rapport au premier...  ce qui implique qu'ensuite il faut remonter ! C'est peut-être ce qui explique qu'il y a de moins en moins de monde au fur et à mesure que l'on s'éloigne du premier lac !

De plus, après le premier lac, le sentier n'est plus balisé, mais cela ne pose aucun problème et je vous invite vivement à flâner jusqu'au lac Vert, car quel plaisir de découvrir ces petits lacs qui offrent chacun des angles de vue différents, au milieu des rhododendrons encore fleuris en ce début août.

Avant d'arriver aux lacs de la Tempête, la première partie de la randonnée conduit au col de la Louze (2 119 m), qui offre un superbe panorama sur les sommets du Beaufortain et le lac de Saint-Guérin. 

Et pour les amateurs de botanique, ouvrez l'oeil : il y a des lys martagon par ici ! On en trouve dans les prairies avant d'arriver au col de la Louze, mais également après, avant d'arriver aux lacs. 

Au final, avec ses pâturages, ses jolis lacs, ses rhododendrons, ses lys martagon, et son panorama du col de la Louze (2 119 m), cette magnifique randonnée a été à la hauteur de mes espérances. 

A faire absolument !

Attention toutefois si vous avez de jeunes enfants : cette randonnée figure certes dans un livre de balades en famille, mais il ne faut pas négliger sa longueur qui est de 11 kilomètres...
 

lacs-tempete4

Ci-dessus : le premier des lacs de la Tempête

La randonnée pédestre : un sport à part entière !

 

logo-EnFranceAussi

 

Cet article participe au rendez-vous mensuel "En France Aussi", évènement interblogueurs organisé par 3 blogueuses Voyage : Nath' du blog La Terre sur son 31, Christelle du blog Voyage féminin, et Sylvie du blog Le coin des voyageurs, qui découvrent (ou redécouvrent) la richesse et la beauté de la France.


Chaque mois, elles invitent d'autres blogueurs à partager des articles autour d'un thème différent.

Ce mois-ci, je participe pour la douzième fois dans le cadre de ce 24ème RDV, dont le thème est : "Autour du sport".

 

Evidemment, il n'y a pas de surprise, vous vous doutez bien que je vais vous parler de randonnée pédestre ! 

Cette activité de plein-air, qui consiste à marcher en suivant un itinéraire précis généralement balisé, séduit aujourd'hui de plus en plus de personnes...

Envie d'air pur et de nature pour les uns, envie de découvrir de nouveaux horizons pour les autres... Chacun a une bonne raison de marcher, qui à la base est rarement celle de faire du sport !

Les adeptes de randonnée marchent avant tout pour le plaisir, par goût ou par passion, la plupart du temps sans avoir conscience de faire du sport.

Et pourtant, la randonnée est un sport à part entière, dont les bienfaits et les avantages sont nombreux.

sport

 

Autour de Plougrescant

"Autour de Plougrescant" : c'est le titre d'un circuit balisé de 16 kilomètres issu du livre "Les Côtes-d'Armor... à pied", un topoguide de la Fédération Française de la Randonnée Pédestre.

 

Nous n'avons fait la randonnée que partiellement, délaissant le retour en boucle par l'intérieur des terres au profit d'un aller-retour par le sentier côtier. Nous avons ainsi largement profité de la beauté du littoral de Plougrescantsituée sur une presqu'île à l'est de la côte de Granit Rose, dans les Côtes-d'Armor en Bretagne.

 

Le site "bretagne.com" propose une randonnée plus courte -carte à l'appui-, qui reprend une grande partie de ce circuit : "la pointe du château à Plougrescant". 

 

De prime abord, Plougrescant est un nom qui ne vous est peut-être pas forcément familier. Castel Meur l'est peut-être un peu plus... Et la Maison entre les rochers presque à coup sûr ! Car sur carte postale, cette fameuse petite maison coincée entre les rochers a fait le tour du monde, attirant ainsi de très nombreux touristes, plus ou moins respectueux de ce domaine privé !


Au final, des débordements de touristes manquant cruellement de savoir vivre (la goutte d'eau qui a fait déborder le vase a été des japonais qui ont eu l'audace de grimper sur le toit de la maison pour s'y faire photographier !), ont eu raison des nerfs de la propriétaire, qui a fini par saisir la justice afin d'obtenir le droit au respect de sa propriété privée et l'interdiction de toute représentation commerciale de sa maison. Le temps où l'on pouvait trouver des cartes postales de Castel Meur est révolu... Reste toutefois la possiblité de photographier cette petite maison pittoresque datant de 1861.

PLOUGRESCANT6

 
Castel Meur

Le lac de la Sassière

C'est par une large piste que l'on accède au lac de la Sassière, retenu par un barrage à 2 264 mètres d'altitude, en Savoie dans les Alpes

Une large piste et un lac de barrage... Pas de quoi m'enthousiasmer en temps ordinaire, car ce qui me fait rêver c'est plutôt les petits sentiers dans les alpages, et les lacs d'altitude non dénaturés par les barrages...

Mais voilà, en cet été 2013, notre fils hémiplégique de 18 ans était très fatigué après une opération du poignet -suivie d'un plâtre avec posture de la main difficile à supporter-, et malgré tout il lui tenait à coeur de nous accompagner pour profiter un peu de la montagne avec nous. Pour ces jours là, il me fallait donc trouver des randonnées faciles et courtes et celle-ci, tirée du livre "Savoie : 110 randonnées à pied et à VTT" de Jean-Marc LAMORY, entrait dans tous ces critères...

Et finalement, comme il aurait été dommage de passer à côté ! Car contre toute attente, j'ai été très agréablement surprise, voire même carrément bluffée par cette randonnée qui vaut le détour.

Oui, c'est une large piste qui nous mène au lac, mais on chemine dans un si joli vallon, le long d'un torrent, que très vite cela n'a plus aucune importance !

Nous sommes ici au coeur de la Réserve Naturelle de la Grande Sassière, en Tarentaise... 

Dès le départ, un tout petit plan d'eau nous fait de l'oeil en nous offrant les magnifiques reflets de la montagne qui le borde...

 

lac-de-la-sassiere1

Ci-dessus et ci-dessous : le petit plan d'eau au départ du sentier

L'île de Bréhat

 3,5 kilomètres de long, et 1,5 kilomètre de large : elle n'est pas grande l'île de Bréhat, mais quel condensé de beauté !  

 

Avec ses paysages contrastés, ses fleurs, ses maisons pleines de charme, ses rochers de granit rose, son parfum iodé et ses eaux turquoises, cette petite île des Côtes-d'Armor, en Bretagne, a en effet tout pour plaire. Et cela se sait, à en juger par le flot des touristes qui y débarquent chaque jour en période estivale !

 
Entourée d'une multitude de petits îlots, l'île de Bréhat est en fait constituée de deux grandes îles -l'île nord et l'île sud-, reliées par le pont Ar Prat, attribué à Vauban.

 

Deux îles en une donc, à découvrir absolument... à pied bien sûr !

 

J'en garde un souvenir particulièrement excellent, et je ne peux que vous inviter vivement à aller à l'abordage de cette petite île dépaysante.

 

 

brehat3

 

10 idées de week-ends randonnée...

 

logo-EnFranceAussi

 

Cet article participe au rendez-vous mensuel "En France Aussi", évènement interblogueurs organisé par 3 blogueuses Voyage : Nath' du blog La Terre sur son 31, Christelle du blog Voyage féminin, et Sylvie du blog Le coin des voyageurs, qui découvrent (ou redécouvrent) la richesse et la beauté de la France.


Chaque mois, elles invitent d'autres blogueurs à partager des articles autour d'un thème différent.

Ce mois-ci, je participe pour la onzième fois dans le cadre de ce 23ème RDV, dont le thème est : "Partir en week-end".

 

Partir en week-end... Vaste programme...

Je ne résiste pas cependant à l'envie de vous proposer un week-end placé sous le signe de la randonnée...

Mais il y a tellement de destinations possibles dans notre belle France ! Alors partir, oui, mais partir où ?

Je vous propose ici une petite sélection de 
10 idées de week-ends randonnées à thème :

 

Les cinq lacs (ou les lacs de la Forclaz)

Le lac Esola, le lac Riondet, le lac Cornu, le lac Verdet et le lac Noir : ce ne sont pas moins de 5 lacs d'origine glaciaire qui sont réunis dans cette fabuleuse randonnée du Beaufortain, en Savoie dans les Alpes.

Situés dans un cadre grandiose, les lacs de la Forclaz ont vraiment tout pour séduire les amoureux de lacs d'altitude, dont je fais partie...

C'est un itinéraire tout simplement féérique Pas étonnant que cette randonnée fasse partie des incontournables du Beaufortain...

Mais ces cinq lacs se méritent, et il faudra marcher un peu avant de pouvoir découvrir le premier : je vous promets que vos efforts seront largement récompensés, et que vous allez en prendre plein la vue ! 

Un panneau au départ de la randonnée indique 1h50 de marche pour atteindre le premier lac, le lac Esola (2 315 m), qui apparait soudain en contrebas du sentier. Nous ne sommes pas descendus sur ses berges, mais vu d'en haut ses couleurs sont absolument magnifiques :

5-lacs-esolaLe lac Esola (2 315 m)  


Tout s'enchaine très vite ensuite puisque 20 minutes plus tard c'est une
enfilade de 3 lacs qui nous attend : tout d'abord le lac Riondet (2 471 m), ensuite le lac Cornu (2 457 m), puis le lac Verdet (2 465 m).

Avant déjà, c'était très beau, mais arrivé au niveau de ces lacs le paysage devient carrément enchanteur, sublimé par les cimes enneigées des sommets alentours...

Restez informés !

Pour ne rater aucun nouvel article, inscrivez-vous à la newsletter et recevez gratuitement en cadeau mes 2 albums photos numériques : "La montagne en photos" et "La mer en photos".

Traduction

A propos

 photo presentation

Coucou !

Moi c'est Sylvie...

Je randonne depuis 1990 et ici je vous fais partager mes randonnées, à la montagne mais aussi à la mer ou ailleurs, en été comme en hiver :

- Afrique du Sud
- Alpes
- Andorre
- Bretagne
- Charente-Maritime
- Corse
- Espagne
- Ile de la Réunion
- Massif Central
- Pays-de-la-Loire
- Pyrénéees

 

Suivez-moi sur Facebook

 

Recherche

Avertissement :

Les indications fournies dans mes descriptifs sont brèves et sommaires, et servent principalement à vous faire une petite idée de la randonnée présentée, selon mon ressenti. Elles ne remplacent pas l'indispensable topo-guide, qui vous fournira un descriptif complet et précis de votre randonnée, ainsi qu'une carte IGN pour le détail du parcours. 

Des facteurs météo ou autres sont susceptibles de faire évoluer rapidement la difficulté d'un itinéraire. Chaque randonnée se fait donc sous votre propre responsabilité. Toutes les informations fournies ici ne pourront en aucun cas engager ma responsabilité en cas d'accident ou de quelque manière que ce soit.