BANNIERE1

ACCUEIL

Les lacs de Bastan

Aux portes de la réserve naturelle du Néouvielle, dans les Hautes-Pyrénées, les lacs de Bastan sont la fabuleuse récompense d'une ascension sans difficulté technique, mais longue...

Tirée du guide "Pyrénées 2 - Pyrénées Centrales Françaises : Arrens - Seix. Les 50 plus belles randonnées" de Roger Büdeler, cette randonnée nous entraîne à la découverte de trois lacs d'altitude plantés dans un décor féérique dans la vallée d'Aure : le lac de Bastan Inférieur (2 140 m) entouré de sapins, le lac du Milieu (2 215 m) avec sa jolie forme allongée, et le lac Supérieur (2 260 m) dominé par le pic de Bastan.

Après une aussi longue excursion, on pourrait s'étonner de trouver autant de monde sur les berges de ces lacs. C'est sans doute parce qu'il y a un autre accès par le col de Portet (2 215 m), raccourcissant la randonnée... Selon un article publié dans la Dépêche du Midi le 25 juin 2015, ce sentier a même été aménagé et il est désormais accessible aux joëlettes. Une excellente nouvelle pour les personnes à mobilité réduite qui vont désormais pouvoir accéder à cet admirable cadre montagnard depuis le col de Portet jusqu'au refuge de Bastan.

En partant du parking de l'Artigusse, on ne peut pas vraiment dire que cette randonnée soit à la portée de tous, tant en raison de son dénivelé que de sa longueur. Néanmoins, nous l'avons faite sans problème en août 2009 avec notre fille de 10 ans et notre fils hémiplégique de 14 ans. 

Alors si vous avez envie de profiter de merveilleux paysages de haute montagne, de ruisseaux, de fleurs, de marmottes, de troupeaux de vaches et de moutons, n'hésitez pas et grimpez jusqu'aux merveilleux lacs de Bastan ! Sur place, vous n'aurez que l'embarras du choix pour l'emplacement de votre pique-nique : choisirez-vous le lac inférieur, le lac du Milieu, ou bien le lac Supérieur ? Personnellement, j'avoue avoir un petit faible pour le lac du Milieu, et surtout pour la vue depuis le refuge de Bastan qui le surplombe...  

lacs-de-bastan2Ci-dessus et ci-dessous : le lac de Bastan Inférieur (2 140 m)

La Banne d'Ordanche

Culminant à 1515 mètres d'altitude dans les monts Dore dans le Puy-de-Dôme en Auvergne, la Banne d'Ordanche est un sommet volcanique qui offre une vue panoramique à 360° sur la chaine des Puys, le Puy de Sancy et les monts du Cantal

En hiver, ce sommet est le but d'une très belle randonnée en raquette qui démarre sur les rives du lac de Guéry (1 250 m), grimpe dans une forêt en passant près de la cascade de Guéry, et débouche sur le plateau du Guéry que l'on traverse jusqu'à la Banne d'Ordanche.

Proposée par le domaine Nordique du Guéry, cette balade se déroule sur un sentier balisé, avec un accès payant permettant d'assurer le balisage, l'entretien et la sécurité des sentiers.

La neige étant peu abondante en ce mois de février 2011 où nous avons fait le parcours avec notre fille de 12 ans et notre fils hémiplégique de 16 ans, les pistes raquettes étaient ouvertes en accès libre. Pas besoin de chausser les raquettes donc, toutefois il restait suffisamment de neige sur les hauteurs du plateau du Guéry pour profiter de la beauté de ces grands espaces. Et puis surtout, le givre accumulé au fil des jours avait façonné d'incroyables et fascinantes sculptures. Jamais je n'avais rien vu de tel auparavant, c'était tout simplement sublime ! 

Voilà donc une superbe randonnée que j'aimerais beaucoup refaire, et que je ne peux que vous recommander vivement !

banne-ordanche3Sur le plateau de Guéry

Les chalets de Miage

En Haute-Savoie dans les Alpes, les chalets de Miage offrent un cadre enchanteur : on se retrouve ici au milieu de vastes alpages verdoyants tout en profitant d'une vue splendide sur les glaciers des Dômes de Miage, qui semblent si proches au bout du vallon... Une toile de fond vraiment magnifique qui nous rappelle que nous sommes bel et bien au pays du Mont Blanc !

Tirée du livre "Haute-Savoie : 120 balades et randonnées à pied, à raquettes, à VTT et à vélo" de Jean-Marc Lamory, aux éditions Libris, cette randonnée se fait sur un sentier facile, sans difficulté particulière. Ce qui ne veut pas dire pour autant que ça ne grimpe pas, car le dénivelé n'est pas à négliger... 

C'est en 1990 que j'avais eu l'occasion de découvrir ce très bel endroit pour la première fois, l'année où j'ai découvert la randonnée à la montagne... J'en avais gardé un si joli souvenir que j'avais très envie d'y emmener ma famille. C'est fin juillet 2008 que j'ai eu l'occasion de revenir ici avec notre fille de 9 ans et notre fils hémiplégique de 13 ans.

Voilà donc une randonnée très sympa pour une échappée belle en famille, une journée repos ou pour vivre l'expérience d'une nuit en refuge.

Pour ceux qui souhaitent en faire davantage, il est possible de prolonger la balade jusqu'au col de Tricot (2 516 m), ou bien de faire une boucle en passant par les chalets du Truc. 

 

chalets-de-miage2L'arrivée aux chalets de Miage... 

Nos vacances en 2008 : les Alpes (Haute-Savoie et Savoie)

Pour les vacances d'été 2008, direction les Alpes pour une semaine en Haute-Savoie, suivie d'une semaine en Savoie, avec notre fille de 9 ans et notre fils hémiplégique de 13 ans.

La première semaine, nous avons loué un logement à Combloux, en Haute-Savoie.

La deuxième semaine, nous étions en location à Lanslebourg, en Savoie.

 vacances2008

 

Semaine 1 : Combloux (Du 26 juillet au 02 août 2008)   

- Les chalets de Miage (1 570 m)
- Le lac Blanc (2 352 m) et les lacs des Chéserys (2 211 m)
- Le lac du Roy (1 665 m)
- Le sentier du Grand Balcon Sud jusqu'à Montenvers
le lac de Peyre (2 075 m) et le col de Balafrasse (2 245 m)
- le lac Bénit (1 452 m)

 

La grotte de l'Aven Armand

 

logo-EnFranceAussi

 

Cet article participe au rendez-vous mensuel "En France Aussi", évènement interblogueurs organisé par Sylvie du blog Le coin des voyageurs, qui découvre (ou redécouvre) la richesse et la beauté de la France. 

Chaque mois, elle invite d'autres blogueurs à partager des articles autour d'un thème différent.

Ce mois-ci, je participe pour la dix-neuvième fois dans le cadre de ce 31ème RDV, dont le thème est : "La France souterraine". 

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Quand je pense à la "France souterraine", je pense entre autres aux villages troglodytes et aux caves à champignons, mais ce sont surtout des grottes que je vois défiler dans ma tête. Car des grottes, j'ai eu la chance d'en visiter beaucoup : des grottes avec des stalactites et des stalagmites, des grottes avec des rivières souterraines, des grottes avec des dessins sur les murs...

J'aime les grottes. Chaque visite est pour moi un réel enchantement et m'apporte un brin de magie.

Il y a cependant une grotte qui à mes yeux surpasse toutes les autres, une grotte qui m'a procuré une émotion intense jamais ressentie dans aucune autre, une grotte dont je garde un souvenir si extraordinaire que j'avais envie de le revivre avec vous aujourd'hui : la grotte de l'Aven Armand.

Je vous emmène donc à Hures-la-Parade en Lozère, à 970 mètres d'altitude, entre Meyrueis et Sainte-Enimie...

A la base, c'est un séjour randos qui nous attendait pour nos quelques jours dans les gorges du Tarn pour ce grand week-end de l'Ascension 2013. Mais face à une météo capricieuse, il nous a fallu sortir le plan B, dont l'Aven Armand faisait partie... C'est donc grâce au mauvais temps que nous nous sommes retrouvés ce jour-là sur -ou plutôt sous !- le causse Méjean.

Les estanys de Tristaina

Séjourner près de l'Andorre, ça donne envie de passer la frontière, histoire de voir à quoi ressemblent les paysages des Pyrénées Andorranes...

Nous nous sommes laissés tenter pour la première fois pendant les vacances d'août 2002, avec notre fille de 3 ans et notre fils hémiplégique de 7 ans, par l'une des randonnées les plus prisées de cette principauté : les estanys de Tristaina.

Outre la beauté du cirque glaciaire où ils sont lovés, c'est sans doute leur facilité d'accès qui rend ces 3 lacs aussi populaires. En effet, à peine une heure de marche suffit pour admirer le premier lac : l'estany Primer, le plus petit, situé à 2 249 mètres d'altitudeOn pourrait déjà se contenter de rester là à vagabonder sur les berges du lac, mais ce serait dommage de ne pas aller voir l'estany del Mig (2 288 m) ainsi que l'estany de Mes Amount (2 306 m), le plus haut et le plus grand des lacs. 

Cette randonnée incontournable, tirée du site de l'office de tourisme d'Andorre, est idéale pour faire découvrir des lacs de haute montagne aux enfants. Certes, ça grimpe un peu rudement au début mais ça reste vraiment accessible aux familles. D'ailleurs, des lacs d'altitude quasiment à portée de main -ou plutôt devrais-je dire à portée de pieds !-, ça attire beaucoup de monde ! Ce qui ne nous a nullement empêchés d'apprécier le charme des lacs, au point d'avoir eu envie de refaire la randonnée en ce mois d'août 2009 où nous étions à Ax-les-Thermes avec notre fille de 10 ans et notre fils hémiplégique de 14 ans.

Une escapade terriblement sympathique que je recommande à tous ceux qui ont envie d'aller faire un petit tour de l'autre côté de la frontière... 

estany-de-tristaina2Vue sur le lac del Mig (2 288 m) et le lac de Mes Amount (2 306 m), que l'on devine derrière...

Le lac Pavin et le Puy de Montchal

Dans le Parc naturel régional des Volcans d'Auvergneprès de Besse-et-Saint-Anastaise dans le Puy-de-Dômele lac Pavin (1 197 m) figure parmi les plus beaux lacs d'Auvergne !

Formant un cercle quasiment parfait au milieu de la forêt, ce lac de cratère entouré de légendes est aussi le plus jeune ("seulement" 6000 ans environ !) et le plus profond de la région, avec 92 mètres...

Le lac Pavin est situé en bordure de route, et il est donc très facilement accessible. On peut en faire le tour à pied en une heure environ : c'est la balade familiale par excellence, à condition toutefois que tout le monde soit bien chaussé, car le sentier est escarpé par endroits. En hiver, s'il y a beaucoup de neige, prévoir les raquettes bien sûr !

C'est aussi le point de départ d'une boucle passant par le Puy de Montchal, qui surplombe le lac à 1 407 mètres d'altitudeCette randonnée, tirée du topoguide Chamina "Balades et randonnées - Massif du Sancy et Artense", se fait normalement en dehors de la saison hivernale mais, la neige étant peu abondante en ce jour de février 2011 où nous étions avec notre fille de 12 ans et notre fils hémiplégique de 16 ans, nous avons pu la réaliser entièrement ! 

Attention, peu de neige ne signifie pas que l'on peut partir sans équipement pour autant ! Quelques jours auparavant, nous avions déjà tenté de monter au puy de Montchal. Il y avait certes peu de neige sur le sentier qui grimpe du lac Pavin vers le puy de Montchal, mais le sol était gelé : impossible de chausser les raquettes, mais impossible aussi de grimper en chaussures de randonnée, le sentier étant trop glissant et dangereux ! Nous avons donc rebroussé chemin, et décidé d'investir dans des semelles à crampons, qui se fixent directement sous les chaussures. 

Ces semelles, peu encombrantes dans le sac-à-dos et faciles à mettre en cas de besoin, nous ont finalement permis de gravir la pente ! Pour cette randonnée, nous avons donc parfois cheminé en chaussures de rando, parfois sorti les crampons, et parfois chaussé les raquettes !!! 

Ainsi, selon les conditions d'enneigement, cette randonnée ne vous sera pas forcément accessible dans sa totalité. S'il y a beaucoup de neige, en prenant le sentier balisé pour les raquettes, vous pourrez toujours aller jusqu'aux crêtes du Puy de Montchal, qui offrent une jolie vue sur le lac et ses alentours.

Un circuit sympathique qui ne présente pas de difficulté -à condition toutefois d'avoir l'équipement adéquat- si ce n'est un petit raidillon avant l'arrivée au Puy de Montchal.

Le lac Pavin fait en tout cas partie des incontournables : ne manquez pas de vous y attarder !

 lac-pavin-puy-de-montchalAu bord du lac Pavin...

Cirque de Mafate : la Nouvelle par le col des Boeufs

Le cirque de Mafate, qui fait partie du Parc National de l'île de la Réunion, a été classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco en 2010.

Des trois cirques de l'île, c'est incontestablement le plus isolé. Et pour cause : contrairement aux cirques de Cilaos et Salazie, aucune route ne permet d'y accéder ! Rien d'étonnant à ce qu'il ait été autrefois le refuge d'esclaves en fuite...

Aujourd'hui, le cirque de Mafate fait le bonheur des randonneurs, avec près de 150 kilomètres de sentiers pédestres ! Ici, pas de voitures, on se déplace uniquement à pied, et seul le vrombissement d'un hélicoptère peut troubler la quiétude des lieux... 

Mais cet endroit a beau être le plus isolé de l'île, on y trouve cependant quelques villages, appelés "îlets", installés sur des petits plateaux : le cirque de Mafate en compte 9 au total !

La Nouvelle est le plus connu d'entre eux, sans doute parce que c'est l'îlet le plus facilement accessible depuis le col des Boeufs... C'est aussi le plus grand, avec une épicerie, une boulangerie, une poste, une école, ainsi que des gîtes.

Cette fabuleuse randonnée vaut donc pour la découverte de ce petit hameau de bout du monde, mais aussi pour la traversée de la Plaine des Tamarins, un endroit magique, d'une beauté époustouflante : un plateau couvert d'une envoûtante forêt de tamarins aux troncs courbés par les vents et aux branches recouvertes de barbe de Saint-Antoine, une espèce de mousse qui leur donne un petit air de conte de féées.

La particularité de ce parcours est que tout le chemin de l'aller se fait en descente. Donc au retour, ça grimpe ! Un détail à ne pas négliger avant de se lancer dans cette incroyable itinéraire, qui reste malgré tout assez facile et accessible aux enfants, du moins pour ceux qui aiment la marche...

On croise d'ailleurs de nombreuses familles sur ce très célèbre sentier, qui est par conséquent très fréquenté ! Si le sentier ne présente pas de grosse difficulté, attention toutefois en cas de mauvais temps : ça peut être glissant !

Partis sous d'épais nuages, la pluie ne nous a d'ailleurs pas épargnés au cours de cette randonnée réalisée en juillet 2011 avec notre fille de 12 ans et notre fils hémiplégique de 16 ans. Mais, ainsi que nous l'avaient dit de sympathiques randonneurs et mafaitais croisés en chemin, le soleil nous attendait en-dessous, c'est-à-dire à l'arrivée à La Nouvelle !  

De cette randonnée exceptionnelle, je garde entre autres le souvenir :
- des maisons colorées de La Nouvelle, incroyable petit village posé là sur son plateau au coeur de la montagne, coupé du monde,
- de 
la féérie de la Plaine des Tamarins, où il fait si bon s'attarder,
- et aussi d'un mafaitais descendant tranquillement le sentier avec une antenne télé sur l'épaule ! Un spectacle assez insolite pour qui comme moi n'est pas habitué...

Pour goûter l'ambiance particulière de ce petit coin de l'île de la Réunion, je ne peux que vous recommander vivement cette randonnée. Certes, l'îlet de la Nouvelle est le plus touristique, et à ce titre il n'est sans doute pas le plus représentatif du cirque de Mafate, mais s'y rendre c'est tout de même l'assurance de vivre une expérience incroyable, une parenthèse extraordinaire et enchantée, hors du temps...  

Pour en profiter pleinement, l'idéal est de dormir une nuit sur place (en réservant à l'avance) et de ne rentrer que le lendemain. Si un jour nous avons le bonheur d'y retourner, c'est ce que j'aimerais faire...

la-nouvelle2Ci-dessus et ci-dessous : la pluie s'est arrêtée de tomber pour notre
traversée de la Plaine des Tamarins, à l'aller...

L'hyrôme et ses anciens moulins

 

logo-EnFranceAussi

 

Cet article participe au rendez-vous mensuel "En France Aussi", évènement interblogueurs organisé par Sylvie du blog Le coin des voyageurs, qui découvre (ou redécouvre) la richesse et la beauté de la France. 

Chaque mois, elle invite d'autres blogueurs à partager des articles autour d'un thème différent.

Ce mois-ci, je participe pour la dix-huitième fois dans le cadre de ce 30ème RDV, dont le thème est : "Sentiers méconnus". 

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Tout a commencé par une randonnée dans les Alpes il y a 26 ans : c'est comme ça qu'est née ma passion pour la rando... A cette époque là, je ne m'imaginais même pas randonner ailleurs qu'à la montagne ! Hélas, habitant bien loin de toute région montagneuse, il me fallait attendre les vacances pour pouvoir parcourir les sentiers... 

Petit à petit, au fil des années, l'envie m'est venue de fouler des sentiers ailleurs, afin de découvrir des lieux qui me faisaient rêver... Au final, toujours des coins touristiques, loin de chez moi... 

Finalement, ce n'est qu'il y a peu de temps que j'ai enfin eu la révélation : découvrir les sentiers de ma région, des sentiers sans montagne et pas forcément très touristiques... Car oui, il y a bel et bien des sentiers de randonnée dans "mon" Maine-et-Loire natal et les départements qui le bordent !

A mes yeux, c'est ce genre de sentiers, ceux auxquels on ne pense pas forcément tout de suite, qui représente les sentiers méconnus, et au final, force est de constater qu'il y en a de forts jolis, à l'image de celui que je vous invite à découvrir aujourd'hui.

Je vous propose en effet de me suivre pour une randonnée de 15 kilomètres le long de l'Hyrômedans la région de Chemillé en Anjou, dans le Maine-et-Loire. 

L'Hyrôme, c'est une rivière. Et autrefois, sur à peine 25 kilomètres, cet affluent du Layon faisait tourner pas moins de 29 moulins à eau !

Issu du site de l'office de tourisme de Chemillé-Melay, ce circuit permet d'en découvrir les vestiges qui s'échelonnent le long de la rivière, tout en cheminant au coeur d'une jolie vallée

Si l'itinéraire ne présente aucune difficulté, sa longueur peut en être une pour certains, en particulier si vous avez de jeunes enfants ! 

Avec notre fille de 16 ans et notre fils hémiplégique de 20 ans, nous avons réalisé cette randonnée par une belle journée ensoleillée fin juin 2015, sans souffrir de la chaleur pour autant car le parcours est ombragé la plupart du temps.

Au final, cette boucle très plaisante m'a fort agréablement surprise, et donné l'envie de parcourir d'autres sentiers dans la région.

A découvrir, en prévoyant le pique-nique pour la pause du midi bien sûr...

lhyrome

L'étang de Comte

C'est parce qu'autrefois ses truites étaient destinées au comte de Foix que cet étang a été ainsi dénommé !

Si les truites font aujourd'hui le bonheur des pêcheurs, l'étang de Comte, niché à 1 726 mètres d'altitude dans les Pyrénées ariégeoises, fait surtout l'objet d'une formidable randonnée facile en famille.

Le sentier grimpe tout d'abord dans la forêt, puis s'adoucit et se poursuit le long d'un ruisseau qui serpente jusqu'à l'étang.

Chemin faisant, on traverse la magnifique jasse de Mourguilloude verdoyants pâturages où paissent de paisibles chevaux de Mérens, près de l'Estagnol (1 652 m), un tout petit étang. C'est vraiment un endroit superbe, que j'ai tout particulièrement adoré !

Tirée du livre "50 promenades faciles avec vos enfants en Haute-Ariège - Andorre" de Louis Audoubert et Alain Killmayer, cette balade est la randonnée familiale par excellence, la randonnée idéale pour faire découvrir et aimer la montagne aux enfants...

Cet itinéraire sans aucune difficulté est également parfait pour ceux qui veulent s'initier à la randonnée en montagne, redémarrer la saison en douceur, ou bien tout simplement profiter d'une journée repos.

Voilà donc une belle et fort sympathique randonnée à ne pas négliger !

Pour nous, c'était en août 2009, avec notre fille de 10 ans et notre fils hémiplégique de 14 ans.  

etang-de-comte5

Ci-dessus et ci-dessous : au bord de l'étang de Comte (1 726 m)

Restez informés !

Pour être au courant de chaque nouvel article, inscrivez-vous à la newsletter et recevez gratuitement en cadeau mes 2 albums photos numériques : "la montagne en photos" et "la mer en photos".

Traduction

A propos

 

photo presentation

 

Coucou !

Moi c'est Sylvie...

Je fais de la randonnée depuis 1990.

Ici, vous trouverez quelques conseils mais surtout, je vous fais partager mes randonnées, principalement à la montagne mais aussi à la mer ou ailleurs, en été comme en hiver :

- Pyrénées
- Alpes
- Corse
- Bretagne
- Pays de la Loire
- Ile de la Réunion

 

Suivez-moi sur Facebook

 

Recherche

Avertissement :

Les indications fournies dans mes descriptifs sont brèves et sommaires, et servent principalement à vous faire une petite idée de la randonnée présentée, selon mon ressenti. Elles ne remplacent pas l'indispensable topo-guide de randonnée, qui vous fournira un descriptif complet et précis de votre randonnée.

Des facteurs météo ou autres sont susceptibles de faire évoluer rapidement la difficulté d'un itinéraire. Chaque randonnée se fait donc sous votre propre responsabilité. Toutes les informations fournies ici ne pourront en aucun cas engager ma responsabilité en cas d'accident ou de quelque manière que ce soit.